Don Juan de Johan Inger dans le cycle Scènes d’Italie

Connu pour son écriture néo-classique virtuose et théâtrale, le chorégraphe suédois livre, avec seize interprètes de la compagnie italienne Aterballetto et le dramaturge Gregor Acuña-Pohl, une adaptation de Don Juan qui sonde la psychologie du personnage principal.

 

ENTRETIEN JOHAN INGER
CHOR. JOHAN INGER / CYCLE SCÈNES D’ITALIE

 

En quoi Don Juan, figure littéraire aussi célèbre que complexe, vous a-t-elle attirée ?

 

Johan Inger : Il est en effet complexe et intrigant. Il vit entièrement dans l’instant, ce qui lui procure une certaine liberté, tout en étant incapable de s’engager ou de créer quelque chose qui lui appartient. Il est en fuite permanente. En cela, il est aussi irrémédiablement tragique.

 

Il existe une multitude de versions de Don Juan, théâtrales par Molière et Molina, opératique par Mozart ou chorégraphique par Gluck et Angiolini. Ont-elles été des inspirations pour vous ?

 

J.I. : Je dirais que l’on a intégré des morceaux de plusieurs versions. Nous avons surtout essayé de comprendre un peu mieux Don Juan, son histoire, ses traumas, pourquoi il en était arrivé là. Il ne s’agit ni de le défendre, ni de le condamner, mais de donner des indices pour comprendre qui il est. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons introduit un nouveau personnage dans la pièce : la mère de Don Juan, qui se révèle être la Commandeure et fait tomber le jugement final.

 

« MON APPROCHE A ÉTÉ TRÈS INTIMISTE. »

 

Ce n’est pas la première fois que vous collaborez avec la compagnie Aterballetto. Comment avez-vous abordé cette collaboration ? 

 

J.I. : Mon approche a été très intimiste. Cette pièce est ponctuée de moments intimes, où interagissent Don Juan et les personnages qu’il rencontre lors de son périple. C’était, pour cette quatrième collaboration, l’occasion d’initier quelque chose de plus ambitieux dans ma relation avec cette compagnie. J’ai mis l’accent sur la narration, en recherchant des éléments chorégraphiques qui servent le récit, avec une simplicité et une théâtralité dans la danse, mais plus de complexité dans la structure globale.

 

Et qu’apporte la musique originale de Marc Álvarez ? 

 

J.I. : Marc, avec qui j’ai déjà collaboré, a pour cette composition originale mixé des accents électro à une musique folklorique et mélodique. Travailler avec un compositeur de A à Z était à la fois très excitant, mais aussi très exigeant.

Belinda Mathieu

 

A PROPOS DE L'ÉVÉNEMENT :

Don Juan de Johan Inger dans le cycle Scènes d’Italie
du Mercredi 14 octobre 2020 au Samedi 17 octobre 2020
Chaillot - Théâtre national de la danse
1 place du Trocadéro, 75116 Paris.

Tél :01 53 65 31 00.

 

(Source : Journal-laterrasse.fr)

Please reload

Please reload

Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook - White Circle
  • Instagram - White Circle

Boutique de vêtements

& accessoires de danse

 

Justaucorps, tuniques, échauffement, demi-pointes, pointes, collants, guêtres, tutus, pants, sweats, tee-shirts, sacs de danse...

 

Danse classique, danse jazz, street jazz, contemporain, barre au sol, yoga, pilates, fitness...

Suivez nous sur les reseaux sociaux ! 


Mardi, Jeudi & Vendredi : 

14h30 - 18h30

Mercredi :

10h - 12h et 14h - 18h

Samedi :

10h - 18h non stop

(sur rdv les Mardis Jeudis et Vendredis matins)